» J’ai failli mourir à la naissance. Maltraitance physique et psychologique, négligence, je ne sais pas comment j’ai fait pour survivre. La derma est arrivée et j’y mettais ma peur et ma haine ».

Moi c’est Sandra, j’ai 25 ans, et comme vous, je suis atteinte de dermatillomanie. Si je me suis souciée de savoir comment soigner cela, il y a en revanche un problème que je n’ai pas eu, c’est comprendre d’où cela provient. Je vous fais part aujourd’hui de ma petite vie.
Cette petite vie, j’ai failli la perdre en 1995, à 3 semaines. Hématome sous-durale, syndrome du bébé secoué, coma de deux mois, j’étais censée y passée, basta, rideau. Vous ne manquerez pas de constater que mon premier rapport à mon corps est extrêmement violent. J’ai survécu de manière inexplicable. J’étais censée être à l’état végétatif. Et pourtant j’ai la chance d’être sur mes deux jambes, dans un corps qui me porte tous les jours, sans handicap particulier. En 1996, une assistante sociale est venue voir si j’étais bien traitée. Elle n’a rien vu.

Coups, insultes, menaces de mort, séquestration, chantage, mensonges ont rythmé les 22 années suivantes. Je vivais dans des conditions insalubres et ne me rendais même plus compte de ce qui était normal ou non. Maltraitance physique, psychologique, négligence, je ne sais pas encore très bien comment j’ai fait pour y survivre. Bien entendu, j’étais une gamine à part, avec des fringues pas à sa taille. La gamine qui pleure à chaque interro, qui voulait absolument des amis mais si prenait maladroitement, qui cherche de l’attention. J’aime autant vous dire que le harcèlement scolaire était mon quotidien.

J’ai fait 4 ans de droit, science po, tout cela contre mon gré puisque la musique n’était pas un métier pour mes géniteurs. J’étais un soldat. Je mentais pour ma survie. Car avouer un 13/20 était littéralement dangereux pour ma sécurité. J’ai tenu bon, prise dans l’adrénaline de la situation. J’ai fait beaucoup de choses par pure terreur. Mentir, se cacher chez des amis, falsifier des notes d’école, faire mes devoirs à la lampe torche sous ma couette à la Harry Potter, fuguer, dormir dans ma voiture, et j’en passe.

Ma derma est arrivée il y a dix ans dans une espèce d’ado-box “règle-acné-derma”. J’ai fait avec. Cela me défoulait. J’y passait des heures. J’y mettais toute ma peur, toute ma haine et toute ma culpabilité.

Un jour, après avoir été trainée par les cheveux pour la énième fois par mon géniteur pour une histoire de miettes de table pas essuyées, j’ai pris mes clics et mes clacs. J’ai tout plaqué. Etudes de droit, courses aux bonnes notes. Et je me suis assumée seule. J’avais 22 ans, je ne connaissais rien à la vie. J’ai demandé une carte bleue à la banque, et j’avais 7 boulots à la fois. Serveuse, femme de chambre, testeuse de cartes en ingénierie, livreuse, surveillante d’examen et cours de piano particuliers. Il me fallait des sous pour payer mon loyer.

Mais un jour mon corps a dit stop.  Psoriasis, eczéma, boutons en tout genre, j’étais recouverte de plaques des pieds à la tête depuis des années. Cela ne s’arrêtait JAMAIS. Je somatisais! Toute ma haine ressortait par les pores de ma peau. Le stress post-traumatique est arrivé. Tétanie, spasmo, évanouissements, crises de rage, crises de panique, somnambulisme, la totale.

Depuis que j’ai repris ma vie en main, je suis extrêmement attentive à ce que me dit mon corps. J’ai alors réalisé que ce n’était pas normal que je me triture le visage, la poitrine, les pieds. J’ai fait des recherches et suis rapidement sur le compte peau.ssible. Moi qui écris un bouquin depuis plusieurs années sur la maltraitance, j’ai compris une chose. Ecrire permet de témoigner et se défouler (comme je le fais ici), mais ça peut aussi aider d’autres personnes en conseillant, en guidant et en expliquant comment en sortir. J’ai rompu tout lien avec l’intégralité de ma famille après avoir rencontré l’homme de ma vie. J’ai choisi de me créer ma propre famille et ma propre école de piano. Je me soigne et suis enfin heureuse. Aujourd’hui j’écoute ma peau. N’oubliez jamais que vous n’êtes pas seuls.

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Les bienfaits du vinaigre de cidre : beauté & santé
Next post L’après crise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *