» Le fait qu’elle me parle de la derma nous a beaucoup rapprochés. Nous sommes 2 à combattre cette maladie ! « 

Bonjour à tout le monde

Je m’appelle Vivien, j’ai 27 ans, je suis le compagnon de Laura 24 ans.

Nous sommes ensemble depuis plus de 2 ans et avons la chance d’avoir une petite princesse de 14 mois, Elfie. Je témoigne aujourd’hui car Laura souffre de dermatillomanie. Cela n’a pas était simple pour elle de me le dire. Pendant près d’un an et demi, elle m’a caché sa souffrance. Bien sur, je trouvais qu’elle mettait beaucoup de temps pour se préparer le matin, même si c’était que pour flâner dans la maison. Je trouvais aussi étrange qu’elle me rejoigne toujours dans notre chambre, lumière éteinte, le soir. C’était devenu une habitude, et je n’y faisais plus attention.

Nous sommes parti un week-end, pour son anniversaire, il y 6 mois. C’est lors de ce week-end que Laura a réussi à tout me dire. J’ai alors compris pourquoi il y avait toutes ces habitudes. Pourquoi on ne peut pas dormir chez des amis s’il n’y  a pas son maquillage pour le lendemain matin.  Le temps que ça pouvait lui prendre pour « rattraper » les « imperfections ». Se dissimuler dans le noir pour que je ne voie pas ses « imperfections » une fois démaquillée. Quelle énergie de penser à tout ça ! Quelle souffrance et que ça doit être douloureux de se faire du mal comme ça…

Mais en même temps, comment aurais-je pu deviner ? C’était devenu une pro du camouflage, et je ne soupçonnais même pas qu’elle pouvait avoir des problèmes de peau.

Le jour où elle me l’a dit, je me suis senti impuissant face à ce qu’elle vivait au quotidien, et abasourdi par le fait que je n’y ai vu que du feu, et que je ne connaissais pas la vraie Laura, ou en tout cas, son vrai visage.

Du temps est passé, puis, je l’ai demandé, 2 mois plus tard, en mariage ! J’ai choisi le jour de mon anniversaire pour que la surprise soit totale. Ma chérie rentrait du travail, et est allée prendre sa douche. Je me suis vite vite préparé, petite chemise, fleur en main et bague dans la poche. Je lance notre musique au moment où elle sort de la salle de bain. A ce moment là, je l’ai vu pour la 1ère fois sans artifice. Elle ne s’attendait pas à tout ça, mais elle avait prévu à cet instant, de se dévoiler et de ne pas se remaquiller après sa douche. C’était vraiment un signe pour nous deux car pour ma demande, elle était elle. Au final, on avait prévu tout les deux quelque chose de notre côté, deux belles preuves d’amour et de confiance.

Depuis ce jour, lorsque nous passons la journée ensemble, elle ne passe plus systématiquement à la salle de bain le matin. Elle arrive, démaquillée.

Je suis très fier des progrès qu’elle fait chaque jour ! Et vous savez quoi, je la trouve encore plus belle quand elle n’est pas maquillée. Ses plus grandes craintes étaient que mes sentiments changent, que mon regard change. D’où ses réticences à me parler de sa derma. Mais aujourd’hui mes sentiments sont encore plus forts, et je l’aime de plus en plus chaque jour.  J’essaye de l’aider, je ne sais pas si je fais toujours bien, mais on continu d’avancer ensemble. Bien sûr, ce n’est pas simple tous les jours. Lors de ses crises, qui sont moins fréquentes aujourd’hui, je sens que c’est encore compliqué pour elle de se dévoiler totalement. La derma ne s’en va pas aussi facilement. C’est un travail à faire tous les jours.

Aujourd’hui, je ne peux que vous recommander d’en parler à vos proches même si c’est très difficile. Cela nous a beaucoup rapprochés et ça nous rend plus fort. Nous sommes deux aujourd’hui à combattre cette maladie au quotidien, elle n’est plus toute seule, et ça y est fait beaucoup.

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Dermatillomanie : témoignage N°47
Next post Dermatillomanie : témoignage N°49

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *