« Il paraît que le temps comble toutes les blessures. Je m’en remets au temps. Et aux grandes choses accomplies malgré tout jusqu’ici… »

Tu m’as proposé de faire un témoignage sur mon expérience avec la derma.

Finalement le plus dur c’est de savoir comment synthétiser 15 années de souffrances, avec bien sûr une alternance de phases (plus ou moins longues) hautes et basses. J’ai aujourd’hui trente ans et j’ai commencé à m’attarder sur ma peau à l’âge de 15 avec les débuts de l’acné. Au debut j’ai pris cela à la légère. Puis j’ai eu pas mal de boutons vers 16 ans. Je me souviens d’à quel point j’étais mal dans ma peau à ce moment là. Je n’ai pas compris ce qu’il se passait. J’ai instinctivement découvert le fond de teint. Je me souviens qu’à l’époque j’étais allée au Monoprix avec une copine et une dame m’avait dit “attention ma petite si tu commences tu ne pourras jamais t’en défaire”. Oh comme elle avait raison. J’ai donc commencé (avec un soulagement immense) à me tartiner pas mal pour aller au collège et très vite je n’ai plus supporté ma peau sans. À cette époque je fuyais totalement le regard des autres. Et les autres aussi. Ça n’allait pas avec mes parents. Il faut dire que mon contexte familial ne m’a jamais aidée. Mes parents travaillaient beaucoup et c’est en grande partie ma grand mère qui m’a élevée. Elle était maltraitante et dépressive. Je passais toutes les soirées après l’école chez elle ainsi que toutes les vacances d’été (souvent deux mois) avec elle. Toute mon enfance a été ponctuée par ses crises de furie. En alternance avec de légers moments de calme. Je ne comprenais pas. Je la détestais du plus profond de mon être. Elle me disait que j’étais bonne à rien comme mon père, que ma mère allait finir à l’hôpital à cause de moi. Elle me laissait des heures à une table devant des calculs de maths que je n’arrivais pas à résoudre et hurlait face à mon échec. Elle hurlait tout le temps. Me rabaissait. Parfois elle “redescendait”. Je n’ai jamais pu comprendre ce revirement de personnalité. Comment peut-on montrer de la douceur et hurler la minute qui suit à la moindre contrariété ? Il fallait aller dans son sens sous peine de connaître hurlements et insultes. Devant les autres elle ne montrait rien. J’ai nourrit et accumulé énormément de haine, de rancoeur et de frustration toute mon enfance et adolescence. J’en ai voulu à mes parents. Énormément. Eux ne voyaient pas ma souffrance.

Vers 17 ans on me met sous pilule pour réguler mon acné (Diane 35). C’est un miracle je suis comblée. En plus je sors avec mon amoureux de toujours. Je vis de beaux moments avec lui, je suis folle amoureuse. A cette époque ma peau me semble plutôt belle et je reprends confiance en moi. Je pense que c’est la plus belle partie de ma vie.

Vers 21 ans je me sens mal à nouveau, physiquement et psychologiquement. J’ai subi un choc psychologique énorme suite à un voyage entre “copines” qui tourne mal. Une grande violence émane de moi. Je rentre à paris sans plus personne. Je n’ai plus mon copain. On finit par me diagnostiquer une hypothyroïdie. Ma peau est dans un état catastrophique. La derma est puissante à cette époque et je me fais des trous dans la peau avec des ustensiles. Aiguilles, pinces, scalpels, tout y passe. Cela me laissera des cicatrices creuses indélébiles. Je débute enfin un traitement pour la thyroïde qui fonctionne et je me sens mieux. Mais la rupture amicale avec mon amie de toujours me laisse un trou béant au fond du cœur. Je ne m’en remettrais jamais vraiment.

Un jour mon père regarde enfin mon front plein de cicatrices et de trous et me dit “mon dieu qu’est ce que tu as fait ???!!” Suite à cette phrase je pleure pendant trois jours dans mon lit.

Ce que j’ai fait, c’est des heures de triturage dans la salle de bains de la maison familiale dans l’ignorance générale. Ma détresse est visible mais personne ne prend la mesure de mon mal être. Ma mère vient souvent me dire de sortir, me demande ce que je fais mais on en reste là. Un jour ils m’emmènent chez un psy mais la derma ne sort pas. Je ne sais même pas ce que c’est. Tout ce que je sais c’est que c’est mon exutoire.

Je ne vois que le bac et quand il faut choisir une orientation je choisis un lycée proche de chez moi car je sais que les matins sont très durs à cause de ma peau. Donc mon critère numéro 1 c’est le trajet. Ironie.

En 2010 je suis donc en BTS près de chez moi pour suivre une voie qui ne me plait pas. J’essaie de changer de voie, mais je n’ai pas un bon dossier scolaire car je n’ai jamais vraiment travaillé. J’ai aussi beaucoup séché les cours au lycée. Trop torturée pour me concentrer sur mes cours et savoir ce que je veux faire de ma vie. J’obtiens quand même mon diplôme.

En 2012 j’arrête la pilule diane et trois mois plus tard c’est la catastrophe. Je me retrouve avec une peau terrible (pour moi), de l’acné sur le visage et le dos. Je ne fais pas le lien avec l’arrêt de la pilule tout de suite, je ne comprends pas ce qui m’arrive. Je souffre énormément.

Un jour j’ai une dispute très violente avec mon père qui m’attrape par les cheveux et me violente. Je ne lui parle pas pendant un an tout en vivant sous le même toit. Il me traite d’associale, dit que j’ai des problèmes. Évidemment quand on se sent si mal dans sa peau on ne peut pas apprécier les autres. Mais mes parents sont incapables de comprendre ça.

Le problème c’est moi.

Je me déteste.

temoignage-dermatillomanie-peaussible

Je suis en couple avec un garçon très gentil mais trop passif. Il n’arrive pas à m’aider. Il ne fait pas grand chose. Avec lui je m’ennuie et je m’enfonce un peu plus dans la déprime.

Je suis en licence d’art (ce que je rêve de faire depuis toujours) mais cette année se passe mal. Les gens sont antipathiques, des fils de bourge me regardent de haut, moi la petite banlieusarde qui vient d’un BTS. Je suis toujours seule. Je paie cette année très cher à crédit avec mes parents et cela me met une pression énorme. J’ai peur de décevoir et pourtant je suis incapable d’aller mieux. Jamais personne pour me comprendre. Mes parents semblent simplement ne pas comprendre. Mes rapports avec eux sont très difficiles.

Je ne me montre pas sans maquillage. C’est épuisant. Ma peau s’abîme.

Un soir j’ai une crise d’angoisse immense suite à une crise de derma et mes parents appellent une amie infirmière.

De toute ma détresse je peux dire ce que je ressens. Dès que je ferme les yeux, je vois des aiguilles me transpercer les yeux.

J’obtiens la licence en art en 2013. J’enchaîne avec du chômage.

Ensuite je repars en master assurance sans trop savoir pourquoi à part faire plaisir à mes parents. Évidemment ma licence en art en un an ne suffira jamais à me faire rentrer dans le milieu.

Je me déteste toujours autant.

Je quitte mon copain plan plan et en 2014 je tente enfin roaccutane auprès d’un dermato qui le distribue facilement.

C’est miraculeux et je revis pendant 8 mois. Cette sensation d’être débarrassée du problème qui a gâché ma vie jusque là est merveilleuse.

Moi qui n’aime pas le sport, je me mets même à courir tant je me sens bien.

Puis petit à petit l’acné revient. Je ne le supporte pas. Je me demande ce que j’ai fait pour mériter ça. Je prends de la spironolactone, qui m’épuise, pour contrer en vain l’acné. Je développe un fibrome au sein ensuite. Je reprends la pilule Jasmine. La derma est très présente. Tous les soirs dans mon studio (pourtant magnifique) je me gratte. J’arrive tous les jours en retard au travail.

L’année 2015-2016 est la plus difficile de ma vie.

Je fais une grave dépression. La derma m’épuise et mon travail en open-space aussi. Je ne me supporte pas. Et je ne supporte personne. J’ai une charge de travail énorme. Je suis en deuxième année de master.

J’habite en colocation avec ma cousine dans paris. J’ai honte de moi.

Je déteste le milieu dans lequel j’évolue et me demande comment en sortir. Je ne vois pas le sens de la vie. Tout me semble pénible. Le matin je me lève avec beaucoup de difficultés ou pas du tout. On me met sous antidépresseurs. Ça m’évite de sombrer totalement mais ça n’a pas d’action sur mes tocs de grattage. J’enchaîne les conquêtes et les soirées douteuses. Je teste les drogues. Je me demande même si je vire pas nymphomane. Je tombe folle amoureuse d’un narcissique drogué qui me maltraite. J’avale pas mal d’anxiolytiques. J’ai l’impression de devenir folle. Un jour je fais une crise de nerfs au travail et je veux sauter par la fenêtre pour me défaire de cet avenir dont je ne vois pas l’issue.

Je fais un rapide passage en hôpital psy où je côtoie ce qu’on peut assimiler à de la vraie folie. On me fait sortir très rapidement.

Je valide mon diplôme en assurance en trichant en bonne partie.

Je rencontre enfin l’amour et on s’installe ensemble. Quelqu’un d’équilibré et de censé qui sait m’écouter et m’entendre sans jugement. Un fils de psy. La derma est toujours là et l’acné aussi. Je commence une thérapie comportementale qui m’aide un peu mais pas suffisamment comparé à l’investissement financier et personnel que j’y mets. J’abandonne.

En 2017, je n’aime pas mon travail mais nous voyageons et cela constitue mes plus beaux moments. J’arrête les antidépresseurs.

Enfin, en 2018 je décide avec son aide et consentement de tout quitter et de tout recommencer à zéro s’agissant de ma voie professionnelle. Je ne supporte plus les bureaux et je veux travailler de mes mains. J’entre en CAP DORURE en apprentissage à 28 ans. C’est une sorte de miracle pour moi. Cela demande énormément d’efforts physiques et du sang froid pour supporter des conditions de travail difficiles. Mais ça me plaît. En cours de formation ma grand-mère à qui je ne parlais plus depuis des années se suicide d’une façon violente. J’encaisse non sans mal avec l’aide d’un psychologue dans le cadre d’une analyse.

On met à jour des traumatismes. Des abus sexuels dans mon enfance. Mes problèmes avec mon père, qui ne s’est jamais trop occupé de moi et s’est montré blessant toute mon adolescence. Ma demie sœur qui a renié mon père. Ma grand mère et ma culpabilité. Les disputes de mes parents. Ma très grande mésestime de moi-meme. J’essaie de garder la face. C’est dur mais je m’accroche. Je fais les plus beaux chantiers en restauration de patrimoine et cela me donne confiance en moi. La derma est toujours très présente mais ne semble plus être au premier plan dans ma tête. Je n’ai plus le choix ma formation passe avant tout. Je réussis non sans mal mais avec de très bonnes appréciations et un sens à ma vie trouvé. L’impression que je suis enfin là où je dois être. Aujourd’hui je sais que le chemin à parcourir est encore long, notamment parce que je dois vivre d’une passion artisanale et j’ai encore de grands moments de doute et de désespoir liés à la derma. Ma peau est abîmée avec des cicatrices qui ne partiront jamais. J’essaie de les accepter. J’ai fait du laser qui ont un peu atténué les cicatrices mais elles sont toujours voyantes.

J’ai encore du mal avec mon image physique qui a toujours énormément compté pour moi.

J’essaie difficilement d’apprendre à m’aimer. Moi et mon lot de traumatismes.

Mais j’ai trouvé un vrai soutien auprès d’un partenaire de vie aimant.

Comme je suis.

Cela fait bientôt 5 mois que je suis en sevrage pilule. Ma peau s’emballe souvent mais j’essaie de garder le cap. Si j’arrive à me défaire des hormones malgré ma peur de l’acné, ce sera une deuxième grande victoire pour moi.

Il paraît que le temps comble toutes les blessures. Je m’en remets au temps.

Et aux grandes choses accomplies malgré tout jusqu’ici.

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post L’argent colloïdal : un puissant anti-bactérien naturel
Next post Dermatillomanie : témoignage N°48

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *