» Je me suis mariée l’an dernier. Ma plus belle victoire a été de choisir MA robe de mariée. Pas celle qui cacherait les cicatrices, celle qui me plairait vraiment ! »

Bonjour,

J’ai 35ans. Depuis quelques semaines j’ai mis un nom sur quelque chose que je (sup)portais depuis maintenant 20 ans… Je souffre de dermatillomanie.

Mon histoire n’a rien d’exceptionnelle. J’ai fait la connaissance de votre blog et je lis les témoignages d’autres dermatillomanes que vous publiez. Je comprends leur souffrance et je me reconnais dans leurs messages.

J’avais besoin d’écrire la mienne à quelqu’un et ce blog me paraît la meilleure réponse!

Je pense que mes troubles ont commencé vers l’âge de 15ans. J’étais un peu timide, un peu ronde avec les formes qui vont avec. Habillée en jean baggy et sweat taille XXL. Le cliché de celle mal dans sa peau.

Il y a eu les scarifications, avec les bandages pour ne pas me faire remarquer par la prof de sport. Je pense que mon père ne l’a jamais vu. Un jour, je les ai montrées à ma mère parce que cette fois la cicatrice était plus profonde. Elle a réagi comme si je m’étais écorchée le genou en tombant de vélo…

Je ne leur en veux pas, je ne peux pas savoir comment j’aurais réagi à leur place.

J’avais de l’acné aussi bien sûr. Un jour en rentrant dans la salle de bain où j’étais en train de « m’inspecter » le visage, ma mère m’a dit… « regarde toi comme tu es laide! ». Les scarifications se sont arrêtées et, avec le recul, la dermatillomanie a pris le dessus à ce moment là…pendant 20 ans j’ai pensé que c’était  « normal », que tout le monde faisait ça de temps en temps, se triturer la peau. Moi c’était les jambes. Beaucoup beaucoup. Aujourd’hui elles sont remplies de cicatrices. Je ne me suis jamais vraiment habillée comme j’aurai voulu.

Et les sourcils. Je les ai épilés à outrance. Je me fais des plaies qui s’infectent et qui gonflent en me dévisageant.

Après le bac, j’ai fais mes études de médecine. Puis je suis devenue psychiatre. Sans rien comprendre de ces rituels quotidiens qui m’abîmaient. Je me disais bien parfois que si tout le monde le faisait, comment les autres filles arrivaient à ne jamais avoir de marques…?!?

J’ai continué ma route, j’ai eu des enfants. Les grossesses faisaient flamber les crises. Lors de la dernière, j’ai fait une dépression du post partum. Et ça a été la goutte d’eau! Ce n’était pas imaginable de se détruire la peau comme ça. Je voyais bien le lien avec la psyché, avec le stress et les angoisses. Les scarifications ont repris quelques temps.

Et puis stop… c’était vraiment n’importe quoi. Parce qu’à côté, en famille, avec les amis, au travail, je suis la fille qui a tout réussi! Un boulot que j’aime avec en prime le train de vie qui va bien, des supers enfants, un conjoint qui m’aime… alors pourquoi???

Aujourd’hui je suis suivie depuis 3 ans par un psychanalyste. Je prends confiance. Je me suis mariée l’an dernier. Ma plus belle victoire a été de choisir MA robe de mariée. Pas celle qui cacherait les cicatrices, celle qui me plairait vraiment. Elle était mi longue, genre patineuse avec plein de tulle en dessous pour donner du volume et arrivait… juste sous le genou! Ce jour était magnifique et je n’ai pas pensé un seul instant à ce que dirait les autres!

Maintenant je sais que ma dermatillomanie et en lien avec une peur ancienne de l’abandon et du rejet de l’autre. Je ne suis pas guérie pour autant, je continue, tous les jours à m’inspecter la peau et à me faire des marques. Mais j’apprends à vivre avec, sans être envahie. Je trouve que c’est un premier pas. Peut être une petite victoire?!?

En tout cas votre blog m’a aidé sur ce chemin et je voulais vous en remercier en vous faisant partager mon expérience !

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Dermatillomanie : témoignage N°41 (+ photos)
Next post Dermatillomanie : témoignage N°43

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.