» Après une rechute, j’ai décidé d’aller voir une psy. Être « guidée » m’est plus bénéfique qu’essayer plein de choses en solo sans vraiment avoir « d’obligation » de m’y tenir ! »

J’ai 24 ans, et je suis atteinte de dermatillomanie depuis le début de l’adolescence, période que j’appréhendais beaucoup car j’avais toujours entendu ma mère dire à quel point l’acné avait pu la faire souffrir étant plus jeune.

Bien sûr je ne remet pas la faute sur elle. Elle à été victime de violence conjugale pendant des années. Ce monstre l’a détruite et m’a détruite aussi par la même occasion. J’ai vu et entendu des choses qu’aucun enfant ne devrait voir ou entendre. Après le divorce, j’ai cru que tout ces problèmes étaient derrière moi, et j’ai longtemps pensé que j’avais pu surmonter tout cela, sans jamais en parler à personne.

Mais aujourd’hui, je me rend compte que toutes ces tentions ressortent à travers ce toc bien particulier. Je me suis triturée, détruite et trouée la peau par tout les moyens : aiguille, ongles, pince à épiler,… J’ai même été jusqu’à me brûler la joue avec de l’alcool à 90°, obsédée par l’idée de vouloir me « désinfecter ». Ce jour là, ma mère à pleuré quand elle m’a vue.

Ce trouble a très vite empiété sur tout les aspects de ma vie : moins de concentration dans mes études, refus de sortir avec mes amis ou annulation de week-end en amoureux,… tout cela parce que je me sentais trop mal, trop laide, trop nulle.

Même quand j’accepte de sortir après une crise, je suis obnubilée par l’idée que les gens autour de moi ne voient que les défauts de ma peau, et je ne profite pas de ces moments qui devraient être les meilleurs de ma vie.

Au fond, je crois que j’ai toujours su que ce comportement n’étais pas vraiment normal, je ne voyais personne qui avait les mêmes marques que moi, mais j’ai découvert le nom de ce trouble seulement récemment.

Depuis, je suis plus attentive envers mes émotions et mes gestes : j’ai remarqué que, même lorsque je m’applique des soins, je le fais avec des mouvements vifs, presque violents, alors que c’est un moment où je devrait prendre soins de caresser ma peau…

J’ai compris qu’il fallait que je fasse un travail sur moi, pour m’accepter, pour être plus sûre de moi, pour m’aimer. Car comment réussir à croire que quelqu’un peut nous aimer quand on ne s’aime pas soi-même ?

J’ai donc décidé par commencer à prendre du temps pour moi : yoga, méditation, lecture, dessin,… Je crois que tout cela peut réellement m’aider.

Je suis bien entourée !

Ma soeur à 26 ans, on a peu d’écart d’âge donc on a toujours été très proche, et je crois qu’elle a aussi été soulagée en découvrant qu’il existait un nom à ce trouble…

Et puis je peux compter sur mon copain. Il m’a même accompagnée au magasin bio après une crise, à 30min de marche de chez moi, pour acheter du miel de Manuka.

J’étais persuadée qu’il allais me dire que c’était « ridicule » de mettre tant d’argent dans un miel à s’étaler sur le visage, mais au contraire, il m’a dit qu’il pensait que ça pourrait m’aider et que j’étais dans une bonne démarche pour m’en sortir !

Après une grosse rechute il y a quelques temps, mon visage était une catastrophe.

Souvent quand mon copain n’est pas là et que je me retrouve seule, j’angoisse… J’avais le moral au plus bas.

Du coup j’essaie de m’occuper et de ne pas me morfondre, je fais de la couture, j’écoute des podcasts, je continue le yoga… Bref j’essaie de prendre soin de moi même si c’est pas toujours facile ahah

Alors j’ai décidé de me faire aider et de prendre rendez-vous chez une psychologue.

J’ai vraiment envie d’aller mieux, parce que je ne peux plus vivre avec ce mal être !

Mais j’appréhendais énormément d’y aller car je savais que ce serait surement difficile de déterrer certaines choses ^^

La première consultation s’est globalement bien passée, elle avait l’air d’être à l’écoute et m’a posée plusieurs questions pour comprendre mon TOC !

Elle travaille beaucoup avec la méditation et je pense que c’est quelque chose peut me convenir étant donnée que j’en fais déjà un peu toute seule 😊

On a fait une première séance basée sur le touché (décrire des objets les yeux fermés), ça m’a paru assez étrange ^^

Je vais la voir toutes les deux semaines et elle me contacte toutes les semaines pour me donner un nouvel exercice.

Cette semaine par exemple c’est celui des gratitudes, je l’avais déjà commencé depuis que j’ai écouté l’épisode du Podcasts « Change ma vie » correspondant.

Le fait qu’elle me propose des choses que j’ai déjà plus ou moins entrepris me permette de voir que j’étais sur le bon chemin, un peu comme une « bonne élève » qui a fait ses devoirs en avance ahah

Pour le moment je suis motivée à continuer et curieuse de voir où elle va m’emmener. Je me dis que être « guidée » me sera certainement plus bénéfique que d’essayer tout pleins de chose en solo sans vraiment avoir « d’obligation » de m’y tenir !

Aujourd’hui je ne suis pas guérie mais j’ai espoir, et je compte bien profiter de cette vie et de ce corps, car après tout, nous n’en avons qu’un !

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Dermatillomanie : témoignage N°38
Next post Dermatillomanie : témoignage N°40

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.