« De phobie scolaire et sociale, je suis passée à agoraphobe, à quoi s’ajoute la dermatillomanie depuis 4 ans… »

Bonjour à tous, j’ai 21 ans, et je connais depuis peu le terme de dermatillomanie. J’ai vu beaucoup de témoignages d’autres personnes, cela m’a beaucoup aidé. J’ai toujours eu énormément de difficultés à expliquer ce que je ressens, mais je vais essayer de faire au mieux.

Lorsque j’avais 15 ans j’ai été agressé au moment où j’allais chercher ma petite sœur à son école, il y avait peu de monde à ce moment-là et ma mère m’attendait plus loin. Plusieurs jeunes sont arrivés et se sont mis en cercle autour de moi. J’avais peur mais n’avait aucune idée de ce qui allait se passer. Ils se sont mis à me frapper et m’insulter. Apparemment il n’aimait pas les blondes avec des tâches de rousseurs. J’étais terrorisée. Je crois bien que c’est depuis ce jour-là que j’ai perdu totalement confiance en moi.

Je n’allais plus à l’école, n’avait plus d’amis. Je ne sortais plus si ce n’était pour mon chien où aller en courses avec ma mère, mais jamais seule.

J’avais fini par m’isoler totalement et j’étais à court de solutions. J’avais essayé les cours aménagés les cours par correspondance rien n’a fonctionné j’avais toujours le même mal-être. J’ai également été en hôpital psychiatrique pendant environ ⅔ mois mais ça n’a pas aidé.

Aujourd’hui j’ai changé de région et on peut dire que ça n’a pas vraiment « évolué » ou alors ce n’est pas le changement auquel je m’attendais.., de phobie scolaire et sociale je suis passé à agoraphobe à quoi s’ajoute la dermatillomanie depuis maintenant 4 ans.

Ça a commencé par triturer quelques imperfections de ma peau, je ne me rendais pas vraiment compte de l’état dans lequel je me mettais. Et au fil du temps petit à petit ça a empiré.

J’ai commencé par les jambes et les aisselles, ensuite j’ai continué par la partie intime, et aujourd’hui même si je ne touche plus à ces parties du corps et que les cicatrices sont parties j’ai fini par attaquer le visage.

À sang, des marques, des cicatrices des infections, de la crème en gros pâté sur ma figure à longueur de journée en espérant que ça parte du jour au lendemain alors que je sais très bien que c’est impossible..

Il faut savoir que je ne suis pas suivie et même si je sais que ma mère à essayé de m’aider elle ne sait plus comment s’y prendre et ne sais plus quoi faire.

Aujourd’hui je suis seule mais avec la volonté de m’en sortir. Chaque jour je me dis que j’arrêterai, mais c’est plus fort que moi et je recommence chaque jour. J’ai cette petite voix dans ma tête qui me dit que c’est trop tard, que je ne ressemble plus à rien et que je n’arriverai pas à faire partir ces marques.

J’ai déjà essayé d’en parler à quelques personnes autour de moi mais ça n’a jamais été l’effet escompté, pour eux c’était des petits problèmes bénins et je devais arrêter de me faire du mal pour aucunes raisons. J’ai reçu quelques critiques et ça m’a énormément fait rechuter.

Aujourd’hui ce mal-être me pose énormément de soucis j’ai quand même dû abandonner trois travails et louper un CDI, à ce jour je n’ai pas de permis pas d’appartement et j’ai l’impression d’être bloquée à cause de ça..

J’ai envie de m’en sortir, c’est pourquoi j’écris ce témoignage, pour raconter mon histoire mais aussi également vous remercier pour les vôtres qui m’ont énormément aidé et m’ont fait comprendre que je ne suis pas seule face à cette situation.

Je sais que nous sommes fortes et que nous pouvons toutes y arriver, en en parlant et en se soutenant, car je pense que nous sommes beaucoup plus que ce que nous imaginons.

N’oublions pas.. Même si le chemin est long la balade en vaut la peine..

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Dermatillomanie : témoignage n°35 (+ photo)
Next post Dermatillomanie : témoignage n°37 (+ photos)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *