« Depuis mon enfance, je suis convaincue de la présence d’un secret de famille. Ma dermatillomanie s’est arrêtée le jour où ce secret a explosé… »

Depuis mon enfance je suis convaincue de la présence d’un secret de famille et j’ai toujours mené une enquête personnelle qui m’a complètement obsédée et qui a bouleversé mon enfance et mon adolescence.

Récemment mes parents ont débuté leur procédure de divorce en lien avec ce secret et j’ai enfin eu la confirmation de tous les doutes que j’avais pu avoir. Dans un premier temps ça a été un énorme choc, j’ai passé des semaines à pleurer chaque jour. Petit à petit je me suis remise de cette épreuve puis j’ai obtenu des excuses et des explications de la personne concernée.

Et depuis ce jour là je n’ai absolument plus touché à ma peau. Pour la première fois depuis le début de ma dermatillomanie (malgré le fait que je ne me sente plus handicapée par ce trouble depuis plusieurs années) je n’ai plus cherché à vérifier ma peau et à la scruter, et mieux que ça, je n’y pensais même plus, même devant le miroir. Une renaissance.

En y réfléchissant ma dermatillomanie a débuté en même temps que ces histoires familiales et s’est arrêtée le jour où je n’ai plus eu besoin de chercher puisque ce secret avait explosé. Finalement, je pense que d’un point de vue psychique le fait d’inspecter ma peau était complètement en lien avec cette recherche. Difficile de poser les mots justes pour raconter cette histoire mais au fond de moi c’est très clair et je suis certaine d’avoir enfin trouvé l’origine de mon trouble.

Plusieurs semaines se sont écoulées depuis et je n’ai jamais été aussi légère de ma vie. Le confinement a plus ou moins remis en question cet équilibre car je suis assez inquiète notamment d’un point de vue professionnel et le besoin de toucher ma peau est revenu, de manière modérée.

Je sais que j’aurai toujours cette fragilité mais j’ai clairement l’impression d’avoir trouvé la clé et que tout sera désormais plus simple. J’avais envie de me confier à toi sur cette histoire car je reste persuadée que même si l’on en trouve jamais la cause précise, il y a forcément des mécanismes et des raisons psychiques derrière la dermatillomanie et les trouver peut grandement aider dans le processus de guérison. Plus globalement, je me sens vraiment reconnaissante d’être dermatillomane.

Ce trouble m’a fait grandir, m’a permis de rencontrer des personnes inspirantes et surtout m’aide chaque jour à mieux me connaître pour être toujours plus épanouie dans ma vie.

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Copain de dermatillomane – Témoignage N°31
Next post Dermatillomanie : témoignage N°33

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.