» Vivre avec quelqu’un qui a ce TOC est très frustrant. Je n’arrive pas à comprendre ce comportement. Je me sens totalement impuissante. « 

Des anonymes m’ont envoyé leur témoignage, leur histoire, des bouts de vie qu’ils ont partagés avec la dermatillomanie. Plongée intime dans la manière dont ils le vivent au quotidien….

 

Il s’agit de mon copain…

Il est atteint de dermatillomanie mais en tout début de relation je n’ai rien vu. J’ai commencé à remarquer qu’il se touchait beaucoup le visage peut être au bout de trois quatre mois.

Il se crée des « boutons » (qu’il n’a pas) sur le visage et s’il a des égratignures sur le corps (en tombant en faisant du sport par exemple) il va s’arracher les croûtes ce qui empêche toute cicatrisation.

Je n’arrive pas à comprendre ses « crises » et ce comportement…

Pourtant, j’ai eu des boutons quand j’étais ado. C’était même une grosse acné assez gênante, j’ai même du prendre Roaccutane. Je me souviens avoir passé beaucoup de temps devant le miroir à chercher de nouveaux boutons et à les « faire ». Mais une fois que le bouton était « fait », je ne grattais pas plus. Mon copain c’est carrément des plaies et des trous qu’il se fait dans le visage !

Donc je peux comprendre jusqu’à un certain point que c’est très dur voire impossible de ne pas toucher un bouton, mais il y a une limite…

Mon copain a tenté de m’expliquer au début. Il me disait qu’il faisait ça car c’était des boutons qui étaient sous la peau, que cela faisait des années qu’il les avait et que s’il ne grattait pas jusqu’à la racine, ses boutons reviendraient. Il me dit qu’il fait ça zone par zone : front puis tempes, puis joue, mâchoire, oreilles, lobes.. Il pense « nettoyer sa peau zone par zone », et enlever de vieux boutons laissés sous sa peau depuis de nombreuses années… Il pense se purifier comme ça.

Je lui disais au début que ce n’était pas normal d’en arriver jusque là, de passer des heures à se scruter le visage, que pour moi c’était de l’auto- mutilation et une manière de se mettre à l’écart des autres.

Mais il est dans le déni… Pour lui c’est purement médical. Selon lui, les médecins lui disent qu’il n’y a rien d’anormal à sa peau mais lui voit des imperfections et donc préfère les enlever lui-même… Quand il m’explique sa « méthode » et son interpretation de tout ça, je le laisse parler. Mais une fois à la fin je lui ai dit « si on a des problèmes de peau, on va voir un dermato. On ne passe pas des heures à se faire mal, parfois même avec une pince à épiler… ».

A chaque fois que j’ai essayé de le stopper, que ce soit de manière douce ou forte, je n’ai jamais rien pu empêcher et cela s’est toujours terminé en grosse dispute… Si j’essaie de rentrer dans la salle de bain alors qu’il y est, il me fout dehors et s’enferme. C’est impossible de l’arrêter…

Avec le recul maintenant je crois que mes réactions augmentaient son temps passé à se toucher le visage. Je ne dis plus rien maintenant car je suis fatiguée de me disputer avec lui et que surtout cela ne sert à rien.

Mais je sens que c’est quelque chose qui l’handicappe et dont il a honte. J’ai remarqué qu’il met des pansements sur les plaies quand il va travailler. Parfois il fait aussi des « crises » le matin, même s’il est déjà en retard pour aller au travail…

Vivre avec quelqu’un qui a ce toc est très frustrant. Ça m’angoisse énormément, comme s’il était un toxicomane ou un alcoolique, qu’il est en train de se détruire à petit feu. Je me sens totalement impuissante lorsqu’il passe des heures entières dans la salle de bain…

Pour autant, ce n’est pas un motif de rupture . Mais oui, c’est très dur à supporter et à vivre…

En effet, malgré le fait que je n’accepte pas du tout cette situation, cela conditionne ma vie également. Il y a des fois où l’on est invité et comme il ne veut pas qu’on le voit comme ça il annule à la dernière minute et je dois trouver une excuse bidon pour expliquer son absence. Et s’il n’annule pas, je dois rentrer dans son jeu en mentant comme lui sur les raisons de ses croûtes sur son visage, car je vois bien les réactions de dégoût ou de choc qu’ont les personnes en le voyant. Il y a des soirs où je mange toute seule car il s’est enfermé dans la salle de bain et n’en sortira que des heures plus tard.  Cette semaine par exemple, je n’ai mangé que 2 fois avec lui le soir…

Et puis, ça lui est déjà arrivé de s’attaquer à MA peau ! Il scrute mon visage… Une fois il m’a même fait un bouton sans me prévenir ! J’étais hors de moi…

Et j’en ai marre car j’ai l’impression, en ne disant rien, de rentrer dans sa spirale. Depuis que j’ai découvert ce compte Instagram j’ai pu mettre des mots sur son problème, mais le dialogue reste quasi impossible pour le moment.

Pour moi il est dans le déni. Il pense régler ses problèmes de peau mais  je n’y crois pas du tout. C’est autre chose.. Je lui ai même demandé si c’était moi qui le faisait réagir comme ça.. Il me dit que non. Par contre il reconnaît que certaines de mes réactions le font stresser.. C’est vrai que je ne suis pas très expressive. Il croit souvent que ce que je dis a un sens caché, contre lui… Et comme je ne suis pas du genre à faire des déclarations d’amour tous les 2 jours, il doute, il a peur.. Mais c’est juste que je préfère montrer mes sentiments plutôt que les dire avec des mots…

Il a 0 confiance en lui. Je sais que beaucoup de choses viennent de son passé et qu’il est très angoissé, car sa famille l’est beaucoup aussi !

Par exemple il y a deux semaines il s’est énervé car il n’arrivait pas à fixer une tringle à rideaux. Et en fait au lieu de se dire « Ben en fait c’est trop galère et puis je fais comme je peux », il s’est énervé contre moi car je ne l’avais pas aidé. Il se sent tout le temps jugé dans toutes ses actions…

Quand j’en ai parlé avec lui je lui ai dit : « ce que les gens peuvent penser de toi tu t’en fiches le plus important c’est de te dire que toi tu as fait de ton mieux, que tu as essayé du mieux que tu pouvais, et si c’est pas parfait ben c’est pas grave, au moins tu as essayé »…

Au fond, j’aimerais qu’il arrête d’extérioriser tout ce qui va pas en se faisant du mal comme ça. J’aimerais qu’il arrête de croire qu’il est responsable de tout. Qu’il se sente bien dans ses baskets et que même si des gens se permettent de le juger, qu’il n’y prête pas attention…

Il a commencé une psychothérapie. Je suis soulagée depuis qu’il a commencé à voir un psy car il a beaucoup de choses non réglées en lui…

Mais c’est très dur car je sens qu’il a besoin de se refermer sur lui même depuis qu’il a commencé, aux dépends de notre relation. Ca nous éloigne..  J’essaie de faire les choses de mon côté pour le laisser tranquille mais c’est très frustrant et ne me rend pas vraiment heureuse.

Je me dis que cette thérapie va prendre du temps mais que les choses vont avancer !

J’espère pour lui, et pour nous 🙂

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ? Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Dermatillomanie – Témoignage N°15
Next post Dermatillomanie – Témoignage N°17

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.