« Je souffre de trichotillomanie : une obsession d’arracher tous les poils que je vois ».

Des anonymes m’ont envoyé leur témoignage, leur histoire, des bouts de vie qu’ils ont partagés avec la dermatillomanie. Plongée intime dans les origines de leur mal-être et la manière dont ce trouble s’est développé en eux….

 

Je souffre d’une obsession particulière, celle d’arracher tous les poils que je vois -principalement autour du maillot, mais parfois sous les aisselles (je précise pour ce témoignage que je ne m’épile pas intégralement le maillot pour un tas de raisons mais entre autres pour limiter la surface sur laquelle je peux me blesser). On parle dans ce cas de trichotillomanie.

J’ajoute que je n’ai aucun problème avec la présence de poils sur d’autres parties de mon corps (les bras par exemple) et qu’en aucun cas cela me dérange de voir des personnes non épilées. C’est en revanche un choix que je n’envisage pas pour moi, par goût personnel. Je ne sais plus quand cela a commencé, mais le problème est que, perfectionniste, je voulais éliminer toute trace de poils au niveau du maillot (je suis fréquemment amenée à l’exposer via mes activités sportives: triathlon, et donc piscine plusieurs fois par semaine).

Ce n’est pas la première fois qu’un trouble du comportement me touche, j’ai souffert d’anorexie mentale pendant quelques années (perfectionnisme, quand tu nous tiens). J’ai « guéri » sans thérapie, mais au prix d’un travail énorme et d’une souffrance que je ne souhaite à personne. Et me voici maintenant prise dans un autre trouble, bien moins alarmant en apparence. Sauf qu’à force, des poils incarnés se sont parfois formés et je triturais donc les zones pour m’en débarrasser. À force, cela laisse des cicatrices.

Il peut m’arriver de ne pas parvenir à retirer un poil, et à utiliser une pince à épiler jusqu’à ce que j’en sois débarrassée, mais cela au prix de douloureuses manipulations qui me font parfois pénétrer jusque dans la chair. Cela peut prendre 10 min, 20 min, 1 heure et je ressens honte et culpabilité à l’issue de ces « séances ». Je sais bien que si je commence à enlever ces poils (je parle là du comportement maniaque à la pince à épiler, pas d’une épilation ordinaire), je vais déraper et m’attaquer à tout ce que je vois, mais une fois que j’ai commencé, je me dis « Autant en finir avec celui-ci ».

J’ai honte, je suis consciente de me faire mal, de perdre mon temps à me massacrer la peau, mais je vais jusqu’au bout, quand bien même ma raison me dit que ça ne sert qu’à empirer les choses. Sans parler des répercussions les jours suivants lorsque je vois les marques rouges. Parfois, je parviens à ne rien toucher pendant plusieurs jours et je constate avec bonheur une amélioration, mais bien entendu les poils repoussent et c’est reparti pour le cercle vicieux. J’applique des huiles (huile d’amande douce par exemple) plusieurs fois par jour pour aider ma peau à cicatriser, et recouvre ma peau de fond de teint lorsque je suis exposée au regard des autres, mais bien entendu cela ne camoufle pas tout et c’est très embarrassant pour moi.

Ma vie sexuelle est également affectée, puisque j’ai honte d’être vue ainsi et aurais trop peur de dégouter mon partenaire. Personne ne m’a jamais fait de remarques et je me demande même si c’est si visible que ça lorsque je maquille la zone, mais si quelqu’un regarde, il est impossible qu’il ne voit pas les rougeurs et marques. Je suis donc touchée sur des zones peu visibles de mon corps (ce n’est pas le visage par exemple) mais cela me fait tellement honte que j’ai l’impression que les gens voient mes cicatrices à travers mes jeans.

J’ai quelques stratégies, la première étant de ne pas regarder cette zone quand je me change ou autres moments délicats (puisque c’est vraiment la vision du poil qui me suggère l’idée de l’enlever), j’applique des masques à l’argile dès que je sens que je suis dans une situation à risque (qui me permet tout de même d’appliquer un masque, car on imagine bien que c’est assez contraignant), ce qui m’empêche de voir et de triturer la zone. Comme je l’ai mentionné avant, j’ai déjà connu un TCA, et celui-ci (la derma) ne menace pas ma vie, je me dis donc que si j’ai pu m’en sortir une fois, dans des circonstances bien plus difficiles, je peux le faire une seconde fois, mais c’est très différent et malgré ce dont j’essaye de me convaincre, c’est loin d’être simple. Ces dernières années, mon bien-être mental et ma conception du monde, des relations avec les autres, etc. se sont transformées pour le meilleur, donc je sais que je vais m’en sortir, il faut « juste » que je trouve des stratagèmes pour éviter les situations à risques connues et me prémunir contre d’éventuelles situations à risques non identifiées.

Récemment, j’ai franchi un cap : je suis parvenue à passer la nuit avec un garçon malgré la peau blessée de mon maillot. J’ai hésité jusqu’au dernier moment, j’avais prévu une excuse en cas de remarque de sa part et j’avais peur qu’il soit dégoûté. Je me suis lancé en me disant que si j’attendais que ma peau soit parfaite, j’allais passer ma vie à me cacher et je n’en ai aucune envie. Et finalement… Il n’a absolument rien remarqué, ou alors s’il a remarqué il n’a rien dit et cela ne nous a en rien empêché de passer un excellent moment (deux excellents moments depuis). Le lendemain de notre premier rapport, je me suis alors sentie infiniment soulagée de constater que ce qui était une honte immense qui me pourrissait le quotidien et me faisait me sentir si mal, voire repoussante, était totalement insignifiant à ses yeux, et j’imagine aux yeux de toute personne qui ne regarde pas avec insistance. Bref je me suis sentie très libérée, comme si je défocalisait, changeais de regard sur moi, n’étais plus obnubilée par mes marques mais les voyais simplement comme un défaut qui n’avait plus le pouvoir de déterminer ma vie sociale et sexuelle. En fait, nous sommes les seuls que nos marques/boutons dérangent vraiment et la majorité des personnes autour de nous n’y voient rien, en tout cas rien qui fasse passer au second plan qui nous sommes.

En fait, nous sommes les seuls que nos marques/boutons dérangent vraiment et la majorité des personnes autour de nous n’y voient rien, en tout cas rien qui fasse passer au second plan qui nous sommes.

Cela prend du temps, c’est certain, mais il n’y a paradoxalement rien d’aussi beau qu’une guérison et je sens bien que le processus est lancé. Mais encore une fois : patience et persévérance !

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

témoignage dermatillomanie Previous post Dermatillomanie – Témoignage N°11
témoignage dermatillomanie Next post Dermatillomanie – Témoignage N°13

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.