» J’ai essayé de l’aider à ma manière, mais ça n’a fait qu’empirer… Ca me déchire tellement le coeur de la voir se faire du mal »

 

J’ai 25 ans et je suis en couple depuis 4 ans avec une jeune fille du même âge que moi.

Régulièrement je vois ses petits doigts se balader sur son visage, parfois faisant des arrêts sur ses lèvres, sur ses joues, sur son front. Je dirais qu’au début je prenais plutôt cela pour un TOC, je ne comprenais pas vraiment. Je la voyais s’arracher le visage, s’arracher les bras, les jambes. Mais c’était quand même plus souvent le visage. Je n’étais pas toujours très subtil quand il s’agissait de lui dire d’arrêter, au début même je laissais faire. Mais quand on a commencé à plus se fréquenter et que j’ai vu l’étendue des dégâts de jours en jours, j’ai commencé à me poser des questions, j’ai essayé de comprendre, j’ai essayé de l’aider à ma manière. J’ai essayé de réveiller en elle quelque chose qui l’aurait fait se rebiffer, une réaction, j’ai voulu faire en sorte qu’elle ne se laisse pas abattre, en essayant de la motiver, en essayant d’éveiller chez elle quelque chose, une certaine force, qui aurait pu essayer de prendre le dessus. Mais cela n’a fait qu’empirer. Avec le recul maintenant je me dis qu’à ce moment-là je n’avais pas compris ce qu’il se passait, ce qui lui arrivait.

Après avoir essayé de l’aider j’ai complètement arrêté, je l’ai laissée faire, je l’ai laissée s’arracher le visage et petit à petit la fréquence avait baissé, elle s’était calmée. Un soir elle est tombée sur ce compte Instagram et là ça a été une espèce de révélation pour elle, qu’elle n’était pas toute seule, qu’on pouvait lui donner la parole. Elle décide alors de me montrer ces témoignages, qu’elle n’était pas toute seule. On a eu une belle discussion sur ce qu’elle a. J’ai alors essayé d’être plus doux dans ma manière de faire pour lui dire d’arrêter de s’arracher le visage, d’être plus à l’écoute, parce que j’ai compris que quand elle avait ces crises où elle s’arrache énormément le visage c’est qu’à l’intérieur d’elle c’est la guerre, un trop plein d’émotion qui est monumental, que ça n’arrive pas à sortir et que ça devient sa seule échappatoire, le seul outil qu’elle a pour pouvoir s’exprimer dans ces moments-là c’est de s’arracher le visage. Elle entre dans une sorte de transe, elle regarde dans le vide pendant de longues minutes tout en se triturant les lèvres et le visage tout entier, jusqu’au sang. Autant que possible j’essaie de lui faire reprendre ses esprits pour qu’elle se rende compte de ce qu’elle est en train de faire, parce que la plupart du temps elle ne se rend pas compte qu’elle est en train de s’arracher le visage. J’essaie de la faire revenir par une caresse, par des mots doux, mais ce n’est pas toujours facile.

Ça me déchire tellement le cœur de la voir se faire du mal, sans s’en rendre compte, parce qu’elle n’arrive pas à s’exprimer, que parfois malheureusement je ne suis pas doux, je ne suis pas gentil quand j’essaie de lui faire prendre conscience, des fois j’ai des remarques clairement méchantes, parce que ça me peine beaucoup et que je suis qu’un humain et que des fois je suis plus sujet au stress qu’à d’autres périodes et dans ces moments j’ai du mal à appréhender les choses calmement en ce qui la concerne.

Mais j’essaie vraiment de faire de mon mieux, parce qu’elle est belle et parce qu’elle a besoin de se rendre compte qu’elle est belle.

Parce que c’est la femme de ma vie et que j’ai envie de prendre soin d’elle.

 

♥️ Témoignage à retrouver sur Instagram @peau.ssible

Vous souhaitez raconter votre histoire ?  Contactez-moi via la rubrique « Contact » de ce site !

Previous post Dermatillomanie : témoignage N°45
Next post La dermatillomanie n’est PAS une mauvaise habitude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *