Pendant longtemps, je voyais chaque crise de dermatillomanie comme un échec, un retour en arrière.

Je me culpabilisais, regrettais, étais en colère contre moi, triste….

Jusqu’au jour où je me suis dit : « ok mais en fait pourquoi j’ai fait ça ? », « qu’est ce que cette crise avait à me dire ? »

On trouve alors toujours une raison : un stress, une émotion mal gérée, un moment propice, une pensée qu’on n’a pas écouté…

Et au lieu de rester dans une spirale négative, on tente chaque fois d’en apprendre un peu plus sur soi et sur la derma ! Les crises deviennent des « expériences » pour décrypter toujours un peu plus ce trouble qui nous habite… C’est une vraie étape vers la guérison !

Voici ma règle des « 3A » pour mieux gérer l’après-crise…

  • ACCEPTER : on culpabilise, on regrette, on se juge, on se blâme… Mais en fait à quoi bon ? De toute façon c’est fait, et si on a fait cette crise c’est qu’il devait y avoir une raison… Générer toutes ces émotions négatives ne va faire qu’empirer la situation. Alors STOP ! Acceptez le fait que ce soit arrivé, que chaque crise est un pas de plus vers la guérison et une meilleure compréhension de vous-même. Et demain est un autre jour 🙂
  • ANALYSER : les crises sont un moment-clé de « face à face » avec la derma. Vous êtes avec elle, elle vous contrôle… Prenez un petit moment après chaque crise pour essayer de comprendre pourquoi. Qu’est-ce que cette crise avait à vous dire ? Est-ce que vous avez cherché à éviter une émotion ? À fuir une sensation ? Ennui, frustration, peur, angoisse, culpabilité, procrastination… Quelles pensées vous ont mené à la crise ? (« Je vais juste vérifier »). Quel était le contexte ? Ramener de la conscience sur tout ça vous permettra petit à petit de mieux cerner les déclencheurs de vos crises pour les éviter.
  • AMELIORER : au fond de nous on le sait. On a souvent des idées de ce qu’on « devrait » faire, de ce qui pourrait nous aider. Mais on a du mal à se lancer, à le faire vraiment, parce que c’est toujours plus simple de rester dans nos petites habitudes confortables… Alors, après chaque crise, prenez un nouvel engagement avec vous-même. Juste un ! Quelque chose de simple… Cela peut être : de faire de 10 minutes de méditation le lendemain matin, de planifier un film ou une soirée détente le soir suivant, de ressortir votre journal intime pour réessayer d’écrire à votre réveil, de vous forcer à vous coucher tôt les soirs restants de la semaine… En faisant ça, vous devenez après chaque crise une meilleure version de vous-mêmes et vous accumulez les petites victoires.. Mais attention, si vous le dites, vous le faites 🙂 Choisissez quelque chose de simple et tenez-vous y ! C’est la meilleure manière de progresser…

Quelques autres astuces pour mieux gérer l’après-crise :

  • Ne vous dites pas « ok demain j’arrête » ! Une pression de plus qui ne mènera à rien de bon… Mais plutôt « ok à partir de demain je prends soin de moi et de mon équilibre intérieur »
  • Rappelez-vous que personne n’est focalisé sur votre peau… et que l’on pense toujours que les choses sont pires qu’elles ne le sont !
  • La peau cicatrise toujours si on la laisse tranquille…
  • … vous n’êtes pas votre peau. L’état de votre peau ne vous définit pas en tant qu’être-humain. Votre valeur tient à bien plus que ça !
  • Ecrivez, faites sortir ce qu’il y a en vous !
  • Pleurez si vous en avez besoin. Chaque émotion forte est le point de départ d’un nouvel état intérieur
  • Prenez soin de vous et de votre peau. Cassez les pensées négatives par des pratiques de self-care
  • Dormez ! Le sommeil répare tout…
  • Buvez beaucoup d’eau pour éliminer les toxines
  • Planifiez le lendemain une activité ou qqch que vous aimez et qui vous enthousiasme
  • Entourez vous de choses réconfortantes et positives : allumez des bougies, mettez un pyjama confortable que vous aimez, écoutez de la musique, faites vous une boisson chaude, prenez une douche chaude / bain

Comment vous allez en ce moment ? A quand remonte votre dernière crise ?

Vous me direz si ces 3A vous aident <3

♥️ Post Instagram @peau.ssible

Previous post La dermatillomanie n’est PAS une mauvaise habitude
Next post Pansements hydrocolloïdes : une astuce cicatrisation

3 thoughts on “La règle des 3A : après une crise de dermatillomanie

  1. J’ai fait une crise cette après-midi. ça a duré des heures. Je souffre de derma depuis presque 8 ans (et j’en ai que 19 ans). Même si j’ai de plus en plus de connaissances sur moi-même, et que je sais que je guéris, l’après-crise est terrible et si on le gère mal, ça nous mène directement à d’autres crises. Les crises deviennent de plus en plus dures à encaisser en grandissant, déjà parce-que je suis épuisée d’avoir à faire à la derma et d’en perdre la peau littéralement mais aussi parce-qu’en grandissant, en plus de perdre de la peau, je perds un temps qui est nécessaire pour remplir les responsabilités qui se font plus nombreuses quand on devient adulte. Passer 4 heures à se faire du mal, alors que j’ai un tas de choses importantes à faire c’est dur, vraiment. Alors voilà l’après-crise est toujours plus terrible pour moi et beaucoup d’autres donc merci pour ce post <3

  2. Merci pour ce super article !
    Je sens que je guéris petit à petit, déjà parce que les crises se font de plus en plus rares et surtout parce que je mets déjà en place toutes tes astuces après-crise que tu viens de citer. Ainsi ton article me permet de confirmer et de conforter mon chemin vers la guérison 🙂
    Avoir un rappel et surtout venant d’une autre personne, qui plus est, est concernée par ce trouble, c’est d’autant plus déculpabilisant et encourageant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *