Et si tu regardais ta derma en face ?

Que tu l’affrontais, vraiment ?

Que tu essayais, pour une fois, d’écouter ce qu’elle a à te dire ?

Personnellement j’ai longtemps eu ce réflexe lorsque je voyais une imperfection sur ma peau de me dire : « olala c’est la cata ! », « faut absolument que j’enlève ça ! », « c’est quoi cette horreur ? », « je ne peux pas garder ça ! ».

Avant même d’y avoir réfléchi 1 seconde, j’étais déjà en train de m’acharner sur tout ce que je voyais. Comme un toxicomane à la vue de sa came.

Finalement cette « re-action » est similaire à celle que l’on adopte face à un danger. On agit directement pour se « protéger » et le comportement ne passe limite même pas par la case de la conscience.  Mais pourquoi cette imperfection serait-elle un « danger » ?  Que peut-elle faire de mal : Casser un idéal de perfection ? Être le témoin d’un « échec » : celui de ne pas avoir une peau lisse et de montrer aux autres nos « aspérités » ?

Manifestement ce serait un mélange de tout cela. Des croyances irréalistes bien sûr, qui montrent à quel point nos « idéaux » sont élevés et malsains. En effet, la perfection n’existe PAS et ne doit en aucun cas être un idéal à atteindre. Car l’être humain est fait d’ombre et de lumière, de bons et de mauvais côtés. C’est juste NORMAL !

Alors ce que je vous invite à faire aujourd’hui c’est de prendre le temps, quand vous vous sentez prêt(e), de « regarder votre derma » en face. De vous mettre face à ces peurs irrationnelles, de vous EXPOSER à elles.

Rapprochez-vous et fixez une imperfection. Une de celles que vous avez en horreur. Fixez-la et… ne faites rien. Observez ce que vous vous dites : qu’est-ce qui vous gêne tant ? Observez ce qu’il se passe dans votre corps. De l’agitation ? Le coeur qui s’accélère ? Une impression de « vague » à l’intérieur ?

dermatillomanie-peaussible

Ce seront juste les témoins de l’émotion qui se manifeste. Et chaque émotion a pour rôle de nous délivrer un message, d’attirer notre attention sur elle, qu’on la regarde, qu’on l’écoute. Une fois que le message a été délivré mais surtout écouté, l’émotion a rempli sa mission et alors… elle s’en va, tout simplement.

Vous verrez,  c’est assez fou…

En fixant votre peau comme cela, sans rien faire, tout en respirant, vous verrez que finalement, il n’y a aucun danger, aucun « problème », et souvent ça aide à faire s’éloigner la pulsion !

Si c’est trop dur encore, essayez de le faire avec quelqu’un à côté de vous. Cela vous rassurera.

Vous me direz comment s’est passée l’expérience pour vous <3

 

♥️ Post Instagram @peau.ssible

Previous post Dermatillomanie : témoignage N°22
Next post Dermatillomanie : les 3 chantiers de guérison

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.