J’ai pris ces photos juste après ma dernière grosse crise dont je vous avais parlée sur @peau.ssible : « Hier soir, j’ai recommencé… »

     dermatillomanie-peaussible

C’était important pour moi de vous parler du « regard des autres ». Le fameux qu’on redoute tant, surtout après une crise, et qui peut nous pousser à annuler des soirées, ne pas se rendre au travail ou en cours etc.

J’y ai longuement réfléchi et après en avoir parlé aussi avec des amis il en ressort toujours la même chose : ON S’EN FOUT DE TA PEAU !

En fait nous, les dermatillomanes, on est complètement obsédés par ça. On fait généralement avec les autres ce qu’on fait avec soi-même. Du coup, on regarde la peau de tout le monde dans la rue, on la compare avec la notre etc, et c’est souvent la 1ere chose qu’on observe chez les gens quand on leur parle.  (Vous aussi vous faites ça ? 😉 ) Ca prend tellement de place dans notre vie et dans notre tête qu’on en a vraiment créé qqch de CENTRAL. Mais c’est lié à toute notre histoire avec la derma, tout ce qu’on a vécu, tout le temps qu’on a passé « avec elle ».

En fait on a naturellement tendance à croire que chacun pense comme nous. C’est « notre » modèle et du coup on pense que c’est un modèle universel, propre à l’être humain. Que chacun se regarde de la même manière que la façon dont, nous, on regarde les gens. Mais… non !

Les « autres » n’ont pas du tout la même relation que nous avec leur peau. Je me souviens de ma soeur qui m’avait dit une fois : « ah mais moi je regarde jamais ma peau ! Ah mais j’ai une ride, whaaaaat j’avais même pas capté ! ».

Ca m’arrive aussi hyper souvent de dire à la personne avec qui je suis, après avoir commandé un truc dans un bar ou au restaurant par exemple : « Olala elle avait une trop belle beau la fille, t’as vu ? ». Et souvent on me répond un truc comme : « ah non j’ai pas fait gaffe ».

Les gens se regardent dans le miroir de manière « globale » (et beaucoup moins que nous 😉 ). Et du coup, ça se répercute aussi sur la manière dont ils observent les autres.

Prenons un autre exemple. Est-ce que vous vous souvenez de la forme du nez de la dernière personne avec qui vous avez parlé ? J’imagine que non… Pourtant, si vous étiez MEGA complexé(e) par votre nez, vous ne regarderiez que ça chez tout le monde… Comme on le fait nous avec la peau…

Les leçons à retirer de tout ça sont :

  • Personne ne nous regarde au microscope
  • Les gens s’en fichent de notre peau, ils voient de nous une image « globale », ce qui se dégage de notre personne
  • Chacun regarde l’autre comme un miroir, en analysant chez l’autre, ce qui ne lui plait pas chez lui
  • On pense toujours que c’est bien pire que ce que les autres voient…
  • La peau se répare toujours !
  • Ceux qui vous jugeront ou vous critiqueront pour votre peau ne vous méritent pas et leur comportement témoigne d’une grosse immaturité et superficialité. Ils n’en valent clairement pas la peine !

Dernier point : si le lendemain d’une crise, vous ne vous sentez pas de sortir, d’aller au travail, en cours ou à une soirée, ce n’est PAS grave, c’est OK. Prenez le temps d’analyser tout ça, de vous reposer, de vous sentir bien avec vous-même. Mais ne bloquez pas TOUT votre programme, des jours entiers de vos semaines, des vacances, des événements importants pour ça… Ce serait trop bête, parce qu’au fond les gens vous aiment pour autre chose que pour votre peau. Ce n’est pas parce que vous avez des marques, des croutes, des cicatrices, que vous êtes une moins bonne personne. Les gens vous aiment pour qui vous êtes, pour votre personnalité, votre humour, votre gentillesse… <3

♥️ Post Instagram @peau.ssible

Previous post Dermatillomanie : devrait-on arrêter de se maquiller ?
Next post Dermatillomanie : que faire durant les périodes où tout va bien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.