Après avoir souffert de dermatillomanie durant 15 ans, je m’en suis aujourd’hui sortie grâce à un long chemin de guérison.

Avec le recul, j’identifierai 5 étapes marquantes dans ce chemin :

  • Etape 1 : la prise de conscience. Vous êtes beaucoup ici à découvrir tout juste le terme « dermatillomanie ». C’est souvent un très grand soulagement, de voir que l’on n’est pas seul, que ce n’est pas juste une « mauvaise habitude » ! Et le premier pas d’une véritable aventure pour aller mieux 🙂
  • Etape 2 : le combat. La 2e phase est souvent celle dans laquelle on reste le plus longtemps. Cela a été mon cas. On se bat contre les « manifestations » du problème : on cache les miroirs, met des gants, éteint les lumières etc. En faisant ça, on fuit. Dès qu’on se retrouve confronté au problème, on ne sait pas comment réagir et tout revient. On ne travaille pas sur la source des comportements.
  • Etape 3 : la compréhension. Petit à petit, on apprend à mieux comprendre ce qu’il se passe. On découvre alors que la derma n’est que le symptôme, la conséquence d’un déséquilibre. Si on veut s’en sortir, la seule solution est d’apprendre à identifier POURQUOI, quand, comment on fait ça et ce que cela veut dire.
  • Etape 4 : l’identification des causes. On peut alors commencer à travailler sur les vraies CAUSES ! Travail qui devra souvent se faire avec qqn d’extérieur qui permettra de mettre le doigt sur les problèmes de fond que l’on a (et dont on n’a souvent pas conscience !)
  • Etape 5 : le travail de fond. On comprend que si on veut changer, il faut justement accepter de… CHANGER des choses ! C’est le plus dur… Au fond on aime nos routines autour de la derma. Or il va falloir accepter de remplacer certains comportements par d’autres, de se forcer à faire des choses qu’on n’aime pas faire ou qu’on n’a pas envie de faire, parce que ces actions seront bénéfiques et mèneront vers la guérison totale…

Vous êtes dans laquelle, vous, en ce moment ? 🙂

–> Personnellement je sors de la 5 ! J’ai fait beaucoup de changements progressifs dans ma vie et mon quotidien, mais il reste certaines choses sur lesquelles j’ai de la résistance.

Vous savez ces petits trucs qu’on fait en sachant qu’on ne devrait pas, ou au contraire les actions qu’on sait qu’on « devrait » faire parce que ça nous aiderait mais qu’on a du mal à prioriser dans nos journées… C’est normal, il faut rester patient avec soi-même 🙂

  • De mon côté ce que j’aimerais arriver à faire de manière plus régulière c’est la méditation. Parce que ça m’aide énormément à me reconnecter à moi, à me détendre, à mieux identifier mes émotions, les reconnaître pour pouvoir réagir quand elles arrivent et ne pas me laisser entrainer par elles…
  • Et ce sur quoi je devrais encore plus travailler c’est à abandonner mes « to do » lists. Parce que je sais qu’elles sont trop longues, que je me mets trop de choses à faire. Au fond je pense que ça me rassure tout ce contrôle, mais ça génère du stress, de la frustration etc.

Cela peut prendre du temps de se libérer de nos schémas, nos habitudes, et tout ce qui a petit à petit fait s’installer la dermatillomanie ou tout autre comportement « compensatoire ». Mais le temps est notre allié, tout arrive avec de la patience 🙂

C’est tout un chemin, qui amène beaucoup de petites victoires et un mieux-être qui ne fait que grandir au fil de la route 🙂

♥️ Post Instagram @peau.ssible

Previous post Dermatillomanie : que faire durant les périodes où tout va bien ?
Next post La souffrance mentale ne se voit pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.