15 juillet 2019 –

Malgré tout ce que je peux partager sur ce compte, malgré mes discussions avec vous, mes encouragements, mes conseils et mes retours d’expérience, je suis aussi humaine, vulnérable et après 15 ans de dermatillomanie, ça reste un exutoire que mon corps connaît bien et qu’il peut utiliser en cas de besoin, si je ne suis pas assez vigilante.. ⁣⁣⁣


⁣⁣
Sur la liste de mes « situations à risques » (cf.post), hier soir j’en cochais 6/9 :⁣⁣⁣
🚩Je rentre de week-end / voyage⁣⁣⁣⁣
🚩J’étais avec des gens et me retrouve seule⁣⁣⁣⁣
🚩J’ai eu une journée stressante ⁣⁣⁣⁣
🚩Je rentre chez moi avec une longue liste de choses à faire le soir ⁣⁣⁣⁣
🚩J’ai qqch de stressant demain⁣⁣⁣⁣
🚩Je trouve ma peau top⁣⁣⁣
⁣⁣
Pourtant cette fois, je n’ai pas fait attention… Je n’ai pas regardé la liste en rentrant. J’étais persuadée d’aller bien, de me sentir super sereine, avec la peau sans maquillage et toute claire. ⁣⁣⁣
Mais en fait, en dehors de l’apparence je n’allais pas si bien que ça. Plusieurs choses m’avaient stressé dans la journée, et me stressaient pour demain. Je devais faire du sport mais je n’avais finalement pas pu parce que j’ai eu un coup de fil qui s’était éternisé et finalement ça faisait trop tard. J’ai commencé à regarder une série mais après j’ai culpabilisé parce que je voulais avancer sur autre chose donc finalement je n’en ai regardé que 10 minutes en mangeant avant d’attaquer ma to do liste. J’avais pris du retard sur ma journée et j’étais frustrée. ⁣⁣⁣

dermatillomanie-peaussible
⁣⁣
🔥En fait à l’intérieur de moi il y avait un cocktail d’émotions qui étaient enfermées et n’attendaient qu’une chose, c’est d’exploser… Mais je refusais de les voir et ne voulais pas les écouter. Et je ne leur ai pas non plus donné les moyens de sortir, je ne me suis pas accordée de temps, de moment de relâchement. J’ai préféré continuer, continuer, en me disant : « non mais ça ira, je finis juste tout ça ce soir et demain je me poserai un peu plus ». Le corps appelle à l’aide mais l’esprit s’entête à continuer… Malgré les signaux d’alarme il n’entend rien.⁣

dermatillomanie-peaussible

Alors, cette fois-ci m’a montré que… ⁣
* Je dois conserver toujours la vigilance avec ma « liste des moments à risque » (cf. le post sur le sujet) >> c’est comme en sortant de prison ou d’un centre de desintox, on reste fragile, on doit accompagner le changement en douceur !⁣⁣⁣
* Je dois continuer à braquer régulièrement les « yeux » à l’intérieur de moi, pour écouter mon corps, ce qu’il me dit, en me disant : OK là qu’est-ce que tu ressens, comment tu te sens ?⁣⁣⁣
* Je dois ralentir, lâcher. Le corps n’est pas une machine, il a besoin de repos. ⁣⁣⁣
⁣⁣⁣
—> Et puis j’ai d’autant plus réalisé qu’une fois que la crise a commencé, surtout si on en a vraiment « besoin » parce que toutes les conditions sont réunies et qu’on a beaucoup à « extérioriser », ce sera toujours très dur d’y résister. Le mécanisme interne à l’oeuvre est très puissant, à grand renfort d’hormones et de circuit de la récompense. Dur de gagner face à ça… Mais on a une grande responsabilité dans le fait de tout faire pour que le corps n’ait PAS à déclencher ce plan d’urgence et à nous faire faire cette crise. Avant cela, il nous parle, il nous alerte. Il a souvent besoin d’attention, d’apaisement et de détente… ⁣⁣⁣
⁣⁣⁣
Alors soyons plus à l’écoute, respectons-nous, développons toujours plus de compassion envers nous-même !

Et comme le dit le proverbe, la chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé <3

♥️ Post Instagram @peau.ssible

Previous post 🎬 Films & documentaires
Next post Comprendre est important, mais la clé réside dans l’action

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *