Que veut dire « être guéri(e) » de la dermatillomanie ?
Selon moi, la guérison arrive au moment où la souffrance part et où la liberté revient.

J’ai été atteinte de derma dès mes 12 ans, puis de boulimie dès 17 ans, mais aussi d’onychophagie (se ronger les ongles) et de crises d’angoisses : un cocktail découlant d’un mal-être que j’avais moi-même du mal à identifier. Mais je m’étais en quelque sort habituée à cette vie faite de souffrance, d’adaptations, de peurs, de soirées et de journées gâchées. J’ai longtemps pensé que je ne m’en sortirais jamais vraiment.

Pourtant aujourd’hui je suis 100% sûre que je ne serai JAMAIS plus dermatillomane. Il arrivera probablement qq fois encore que je m’acharne un peu trop sur une imperfection qui n’avait pas besoin d’être attaquée. Mais ça n’ira pas plus loin.
>Je ne me souviens plus de la dernière fois où j’ai fait une crise.
>Je ne replonge plus dans cet état de « transe » qui m’a si longtemps aspirée.
>Je ne ressens plus cette urgence à vouloir lisser un relief qui me dérange.
>Je ne vis plus dans la crainte de dévoiler ma peau nue.

Ma peau fait sa vie et je vis la mienne. Pour moi c’est ça la guérison.
Alors oui, j’ai encore ce réflexe de regarder (et parfois envier !) la peau des autres. J’ai du mal à laisser un bouton blanc sur mon visage.
Mais je me sens libre. J’ai la sensation d’avoir un nouvel espace disponible dans ma tête, celui si longtemps occupé par toutes ces pensées relatives à ma peau, qui se remplit désormais de projets, d’envies, de nouveaux centres d’intérêts.
J’ai la sensation que tout est PEAUSSIBLE ! Ma vie a été si contrainte par mes troubles qu’elle m’apparaît désormais plus simple et pleine de possibilités.

Le chemin a été long (15 ans !) et sinueux.
Mais avec du recul je réalise que TOUT a été apprentissage.
Je suis heureuse de pouvoir aujourd’hui partager tout ce que j’ai découvert et appris pour vous aider VOUS et vous faire gagner du temps sur votre propre chemin ❤

♥️ Post Instagram @peau.ssible

Previous post Dermatillomanie : quelles zones du corps & du visage sont attaquées ?
Next post L’huile de coco : comédogène

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *