« Ce soir je me sentais bien, je n’avais vraiment pas envie de faire une crise et pourtant… »

Vous êtes-vous déjà dit cela ?

Moi oui… plus d’une fois…

Mais POURQUOI ?

Qu’est-ce qu’il se passe en nous pour qu’on soit totalement INCAPABLE de résister et qu’on « bascule » dans cet état, sans rien voir venir ?

Car l’ENVIE est différente du BESOIN !

  • Vous n’avez pas ENVIE de faire de crise. Non, si vous pouviez décider, vous ne choisiriez pas d’attaquer votre peau
  • Mais… vous en avez BESOIN ! Au fond de vous, quelque chose crie, des émotions bouillonnent. Votre cerveau cherche la manière la plus simple et rapide d’évacuer tout cela, d’activer son « système de la récompense ». Vous allez dans la salle de bain ou commencez à observer votre peau et là… ça y est, l’échappatoire est tout trouvé : vous commencez une crise, vous déconnectez, vous oubliez tout, vous évacuez…

> L’ « envie » obéit à votre conscience, votre raison, votre cortex pré-frontal. Le « besoin », lui, répond à des raisons plus profondes, non rationnelles. Des schémas internes, des fausses croyances, des blessures… C’est le cerveau reptilien, le système limbique qui se met en action et contrôle tout avec ses propres réactions automatiques.  Des IRM ont même montré que, dans ce genre de ras-de-marée émotionnels, notre cortex pré-frontal s’éteint. Il déconnecte. Nous ne sommes plus capables de mobiliser notre raison

Le savoir permet de déculpabiliser après une crise. D’arrêter de se flageller en se disant : mais POURQUOI j’ai fait ça, je suis nul(le), je n’aurais pas du, j’ai rien vu venir. NON ! Vous n’auriez RIEN pu faire…

La seule chose sur laquelle vous AVEZ vraiment du contrôle, c’est l’AMONT :

  • Arriver à reconnaitre vos émotions et sentir monter le trop-plein
  • Identifier vos situations à risques, ces moments où vous avez + de chances de faire des crises, pour mieux les éviter
  • Introduire plaisir et apaisement dans chacune de vos journées, surtout le soir (relâchement des tensions du jour)
  • Travailler en thérapie sur ces blessures internes, fausses croyances, schémas inconscients qui vous rongent…

> Et surtout, soyez GENTILS et PATIENTS avec vous-mêmes. La vie est un apprentissage de chaque jour… <3

♥️ Post Instagram @peau.ssible

Previous post L’hypnose fonctionne-t-elle sur la dermatillomanie ?
Next post Dermatillomanie : faire face aux remarques de l’entourage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.